JE SAIS QUE TU VAS PARTIR

Publié le par philippe ayraud

JE SAIS QUE TU VAS PARTIR

 

Je vois les brouillards de novembre

Me ravir ton visage

Et tes cheveux de palissandre

Qui prennent le vent du large

Je vois au loin la route des Flandres

Se confondre avec les nuages

Des vagabonds des chiens errants

Qui s’efforcent de croire aux mirages

 

Le printemps va venir

C’est une question de jours

Mais si j’ai le cœur lourd

C’est que tu vas partir

 

Je sens le froid de décembre

Qui fige ton image

Et tes yeux sous leurs cils immenses

Qui partent en voyage

J’entends les cloches qui se lamentent

A Notre Dame des Miracles

Je vois sous la pluie qui s’estompe

Les noms des pierres tombales

 

Le printemps va venir

C’est une question de jours

Mais si j’ai le cœur lourd

C’est que tu vas partir

 

Je vois le fleuve et ses méandres

Noyer les traces de ton passage

J’entends les voix des dames Cassandre

Prédire le déluge et l’orage

Je perds le nord le sud ensemble

Sur des boussoles et sur des cartes

Je cherche en vain à Samarkand

Les portes qui conduisent au passage

 

Le printemps va venir

C’est une question de jours

Mais si j’ai le cœur lourd

C’est que tu vas partir

 

 

 

 

 

Commenter cet article